A PROPOS

Léna, musicien bien connu des scènes bretonnes, décide à l’aube de ses 40 ans, de laisser sortir ce qu’il a en tête depuis longtemps.

 

Depuis le temps qu’il sévit dans des groupes ou en solo, il a acquis une culture musicale éclectique et puise son inspiration dans de nombreux styles.

 

Habitué à sévir comme batteur, guitariste ou chanteur, il passe à l’écriture, d’abord une chanson puis deux, puis trois… Longuement muries, celles-ci oscillent entre ballades folk et blues rageur, bossa chaloupée ou rock fougueux. Ses textes, cabossés, sont chargés de coups, plaies béantes qu’il faut recoudre à vif, entre rage contenue et romantisme assumé.

 

Il y a trois ans, c’est le temps des premières maquettes en solitaire où Léna gère l’ensemble des voix et des instruments. Puis germe l’idée du concept WAK.

LA WAKETTE

Premier extrait de l’album en préparation, « la wakette », 100% fait-maison, réunit différentes orientations de WAK.

 

Du blues-rock d’abord avec « Pas Vu ». Un titre dans lequel les guitares slide et électriques s’entremêlent sur un bon gros shuffle basse/batterie.

 

« Les Anges », la seule reprise de « la wakette » est un morceau de « Monsieur Jean », groupe dans lequel Léna et Olivier ont œuvré pendant plusieurs années. Un titre rock, brut et sans concession.

 

« Marie-Lou » qui chantera l’amour sur fond de ballade Irlandaise.

 

Enfin, « La poudre d’escampette » fera danser la valse aux puristes de la chanson française.

VIDÉOS

LES MEMBRES

THIERRY

BRUNO

LÉNAÏC

LAURE

OLIVIER

Pour défendre ses titres en live, Léna a demandé à quatre amis de travailler la version scénique de WAK. 

D’abord, Olivier, avec qui il a déjà opéré quelques méfaits (Monsieur Jean ou Jef Bossard & the Movers notamment), de prendre la guitare électrique. A l’occasion, il l’aidera aussi à décapsuler les bières à coup de clef de bagnole.

Ensuite c’est Bruno, l’un de ses plus proches acolytes, qui s’est porté volontaire pour poser les basses. Il se montrera également indispensable à la création et à la dégustation de rhums arrangés en tous genres.

Puis Thierry accepte de faire avancer tout ce petit monde à la baguette. Musiciens accompli, il est aussi à l’aise dans le jazz que dans le rock. Sa rapidité à monter et démonter le matériel, les sortira plus d’une fois de situations… complexes.

« Je crois qu’il faut un accordéon… Tu penses qu’il faut un accordéon? … Ok, on va mettre un accordéon ». Laure endossera donc ce rôle difficile, et gardera d’une main de fer les clefs du meuble à bouteilles pendant les répétitions.

CONTACT